Tignes, Val d'Isère, La Rosière de Montvalezan, Sainte-Foy-Tarentaise
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EB12.5 : commander le coffret ...
Voir le deal

Un iso0 actuellement très élevé

Aller en bas

Un iso0 actuellement très élevé Empty Un iso0 actuellement très élevé

Message  nrfb Jeu 7 Sep - 19:17

jeu 7 sept 2006.

L'iso0 est actuellement très élevé: proche de 5000m. En gros, il dégèle au sommet du Mont-Blanc!!! Ceci est exceptionnel. Même en juillet, l'iso0 n'était pas aussi haut.
Inquiétant?

Montée du Ventoux (face nord)

Date: 2 août 2015
Niveau: marcheur confirmé
Dénivelé et distance: 1500 m environ. 25 km.
Temps: journée

Le parcours et le profil de dénivelé (image Google Earth, tracé emprunté, profil de l’ascension et principaux points de repère).
Un iso0 actuellement très élevé Ventou10

Le trajet via Géoportail (carte IGN).
Un iso0 actuellement très élevé Ventou11

Je vous propose quelques photographies de notre montée au Mont Ventoux qui datent de 2015 déjà. Nous avons décidé de faire la montée à pied via la face nord (ubac) qui est la face la plus raide. Le dénivelé est conséquent (environ 1500 m), de même que la distance aller retour (pas loin de 25 km quand même). L'originalité de cette ascension, c'est que nous parcourons différents étages bioclimatiques. Il vaut mieux, de ce fait, partir assez tôt pour éviter la grosse chaleur sur le bas de l'ascension et pour avoir le temps de faire l'aller-retour.
Le Mont Ventoux s’étire d’ouest en est sur environ 24 km, d’Aurel à Malaucène et sur 15 km du nord au sud. C’est un pli orienté est ouest, et qui a été soumis à une série de failles. Il a été ébauché lors des phases provençales, puis largement affecté par la tectogénèse alpine oligocène et ultérieurement par des rejeux post-miocène. Toutes les formations géologiques sont sédimentaires et toutes datent du Mésozoïque et du Cénozoïque. La roche qui impose sa marque au relief est le calcaire, qu’il soit résistant et compact (calcaires subrécifaux du Bédoulien à 900 1 000 m d'altitude, calcaire à faciès urgonien du Barrémien dans les parties supérieures du massif), en plaquettes ou marneux et donc plus friable (calcaires du Bédoulien en versant sud jusqu'à 600-800 m et en versant nord ouest, et calcaires du Barrémien, à l’est du col de la Frache). Conséquence: il n’y a jamais de cours d’eau permanent et les sources, surtout en versant sud, sont peu nombreuses et rarement pérennes.
Le mont Ventoux est soumis à des influences climatiques méditerranéennes et préalpines qui induisent des contrastes notables en raison de l’exposition et de l’altitude : températures basses au sommet (3,2 °C en moyenne annuelle), précipitations qui augmentent de façon importante de la base au sommet avec un maximum en versant nord au Mont Serein (3 000 mm/an environ) et qui, à partir de 1 500 m d’altitude, peuvent être neigeuses une partie de l’année, nébulosité importante (200 j/an au sommet), vents qui sont l’élément le plus marquant de la climatologie du massif (plus de 220 j/an au sommet).
En ce qui concerne notre versant, nous débutons par l'étage méditerranéen entre 300 et 600 m d'altitude (chêne vert, pin d'Alep et chêne kermès), puis nous passons par l'étage supra-méditerranéen entre 600 et 1100 m d'altitude (chêne pubescent, buis, pin sylvestre, cèdre d'Algérie introduit), puis par l'étage montagnard (1100 à 1600 m d'altitude) avec hêtre et pin sylvestre, l'étage subalpin entre 1600 et 1800 m d'altitude (pin sylvestre et pin à crochet) et enfin la calotte sommitale (pins à crochet épars).
Le chemin est relativement aisé à trouver: nous avons juste fait une erreur au premier quart de l'ascension, mais nous avons rebroussé chemin (de toute manière, c'était un cul-de-sac).
Le départ se fait depuis la vallée du Toulourenc, au Moulin Monin exactement (altitude 425 m). Le sommet du Ventoux étant à 1912 m, cela fait un beau dénivelé de 1500 m (on fera d'ailleurs plus suite à notre erreur d'itinéraire). On emprunte au début le chemin carrossable qui mène à la station de pompage pas loin de la Fontaine Gillarde, mais on le quitte au niveau de l'épingle cotée 501 m. On rejoint alors le GR9 à la Barbette. A la Barbette, nous nous sommes trompés de chemin (il faut le faire pour louper un GR), et nous avons en fait rejoint la fameuse station de pompage... Demi-tour donc, et retour à la Barbette. De là, on emprunte le chemin (GR9) qui remonte la combe Rolland jusqu'aux Rouyères. Aux Rouyères, le GR9 (commun avec le GRP "Massif du Ventoux") oblique vers l'ouest. Nous passons à Bois Marou, puis au niveau de la combe de la Mine. On arrive alors pas loin de la station de Mont Serein où le GR 4 nous rejoint. Vient alors la montée finale vers le sommet, commune aux GR 4 et 9. Nous finissons par quitter la forêt et la fin se fait dans les calcaires sommitaux dans une montée assez prononcée. Le retour se fait par le même chemin.

Voici donc les photographies.

[center]Notre objectif est globalement tout là haut (altitude 1912 m): il y a du chemin à parcourir!
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03811

Le versant en face: le Revestet à droite. Cela culmine bien moins haut que le Ventoux (ici, 776 m d'altitude).
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03810

Au bout d'une dizaine de minutes de montée: dans les pins. En bas, la vallée du Toulourenc.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03812

Le chemin est encore long: à noter que les pins sont infestés de chenilles processionnaires.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03813

Déjà presque une demi-heure de montée (enfin, cette photographie est prise depuis le faux chemin). Toujours le versant au nord du Ventoux, de l'autre côté de la vallée du Toulourenc A priori, c'est la montagne de Bluye que j'ai pris en photo (sommet à 1063 m).
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03814

Une heure après la photographie précédentes: nous avons bien monté depuis (toujours une vue vers le nord).
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03815

Le sommet qui domine au nord  est la montagne de Banne (1382 m). La photographie est prise depuis une sorte de belvédère naturel.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03817

Notre objectif se rapproche, mais est encore éloigné.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03818

La partie sommitale du Ventoux, constituée de calcaire, est vraiment dénudée.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03816

Déjà deux heures de marche (en comptant notre détour bien entendu).
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03832

Une demi-heure après: la vue se dégage sur les sommets au loin. Ici vers le nord nord-ouest, au fond sur la gauche on distingue la montagne d'Angèle (1606 m) à plus de 30 km. Dans le fond, plus sur la droite, on devine le Dôme Ferré (2041 m) deux fois plus loin!
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03820

Du même endroit mais vers le nord nord-est, on retrouve la montagne de Banne (et des sommets des Baronnies en règle générale). La pointe tout à gauche est le Fourchat (1571 m), et à sa droite la Vanige (1391 m). Entre les deux, bien plus loin le Dévoluy avec Grand Ferrand (2758 m) à plus de 70 km, la Grande Tête de l'Obiou (2789 m) à presque 80 km de distance. Sur la droite de la Vanige, en étant un peu plus haut en altitude, on pourrait voir jusqu'à la Meije (120 km). Je profite de cette photo, car ensuite le ciel s'est bien couvert autour du Ventoux et la visibilité s'est clairement dégradée.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03819

Quinze minutes après, alors que nous à proximité de la station de Mont Serein (mais nous n'y passerons pas), nous voyons enfin l'antenne sommitale.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03821

Encore une heure plus tard: comme vous pouvez le constater, la visibilité s'est dégradée. Nous sommes ici à la limite de la forêt assez dense: on va rapidement arriver dans la partie sommitale.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03822

La preuve cinq minutes après: nous pénétrons alors dans la partie dénuée de végétation.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03824

Le chemin devant nous (et aussi sur le bas de la photo: ça monte dur sur la fin! Heureusement, le soleil est caché et du coup il fait frais. Ici, quelques pins à crochet rachitiques.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03823

C'est vraiment désertique. Au-dessus de nous, le col des Tempêtes (1841 m).
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03827

Nous sommes désormais tout proches du sommet.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03826

Pas de doute, le Ventoux est bien accroché par les nuages (on vérifie bien les 200 jours ennuagés par an au sommet alors qu'en bas il fait très beau et très chaud). Ici une vue vers le col des Tempêtes.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03825

En-dessous, la station de Mont Serein.
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03830

Et quelques vues supplémentaires... Pour le point de vue, on repassera: ce ne sera pas pour cette année! Normalement, la vue s’étend depuis le Canigou jusqu’au mont Blanc en passant par le Puy de Dôme (quand le ciel est bien limpide).
Un iso0 actuellement très élevé Dsc03829

Un iso0 actuellement très élevé Dsc03828

Un iso0 actuellement très élevé Dsc03831

Un iso0 actuellement très élevé Dsc03910[center]

Sitographie:
- Générateur de panorama
- Géoportail
- étagement de la végétation au Ventoux
- ZNIEFF du Mont Ventoux

Logiciel:
- Google Earth

N. Bouchaud août 2015 et juin 2022
nrfb
nrfb
Admin

Nombre de messages : 13774
Age : 46
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum