Rocher du Charvet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rocher du Charvet

Message  Moot le Jeu 24 Juin - 15:53

Lieu: Tignes, Val d'Isère
Carte IGN: 3633 ET
Niveau: bleu pour le col de Fresse, rouge pour le sommet (crête assez aérienne, pierrier branlant)
Temps: longue journée pour l'ensemble (22 km de parcours, environ, pour le trajet suivi).
Dénivelé: 1000m environ : même s'il y a seulement 700m entre le départ et le sommet, il faut souvent descendre un peu puis remonter
Date: 12 juillet 2009
Participant : Moot

Après avoir fait l'emplette de deux topo-guides (dont un que je recherchais depuis x temps, enfin réédité ; merci à Béa pour m'avoir emmené à la librairie attenante à un super-U bien connu des vacanciers se rendant en Haute-Tarentaise), j'ai appris que le rocher du Charvet était accessible, comme je m'en doutais après en avoir vu l'échine depuis une crête qui le domine. Le guide indiquait naturellement une randonnée partant de Val d'Isère, plus proche, il fallait donc "inventer" un trajet depuis Tignes. Seule ombre au tableau : devoir traverser, un dimanche par surcroît, la zone 4x4 de Val !

Voici donc le trajet finalement "adopté" : on passe le col de Fresse, on longe la crête Grand-Pré-Génépy-Sana le plus haut possible, afin d'éviter la zone 4x4. On passe le Col des Prés, que l'on ne traverse pas, car on suit alors la ligne de crête pour atteindre le sommet du télésiège des Prés. De là, on est littéralement à pied d'œuvre. Pour le retour, n'ayant pas envie de re-franchir le col de Fresse, j'ai fait le tour par les Tommeuses et le Pas de la Tovière. Le parcours en a été sérieusement allongé, mais cela valait le coup pour ce qui est de l'ambiance et du paysage : il fallait bien se remettre dans les yeux quelque chose qui compense la traversée, que cette fois je n'ai pas évitée, de la zone 4x4 !



Je ne décrirai pas la montée au col de Fresse, puisque cela a déjà été fait ici et que le sentier est bien balisé. Un petit panorama "arrière" n'est cependant pas indigne d'être montré :


Grande Motte à gauche, Sache à droite (le Pourri est caché derrière)

Le coin, comme chacun sait, est truffé de pistes et de remontées. On prend, à la sortie du col, complètement sur la droite, en suivant la piste "col de Fresse" qui longe, en montant, la crête. On monte un "mur", mais on ne va pas jusqu'au sommet du télésiège Borsat Express, on continue de faire une sorte de mouvement en écharpe, toujours en suivant une piste (cette fois, de 4x4 au lieu d'être de ski, mais qui semble peu utilisée). Le paysage est parsemé de petits lacs dans des dolines, et bien caillouteux :


On reconnaît le rocher du Charvet au-dessus du petit lac, et le col des Prés sur sa droite. En arrière-plan, la Tsanteleina, Prariond, l'arête Lessières-Fours, la Maurienne


Gros plan sur le rocher du Charvet. On passe sur sa droite, d'abord en suivant les pistes, ensuite, en suivant l'arête

La traversée est longue, mais très facile et on se dirige en prenant le col des Prés comme point de mire. Comme souvent, on a l'impression que les distances s'allongent au fur et à mesure que l'on avance. On longe plusieurs petits lacs nichés dans les dépressions de ce grand plateau caillouteux.


Et en plus, vous le remarquerez, le temps se couvre !


Le chemin est assez évident : on devine même la cabane à l'arrivée du télésiège de Grand-Pré


L'arête Grand-Pré-Génépy est encore juste derrière

Le temps devenait de plus en plus menaçant au fur et à mesure que j'avançais. Sur la crête entre le col des Prés et l'arrivée du télésiège, le vent était frisquet et soufflait en rafales particulièrement désagréables. J'ai fait la pause-déjeuner sous l'auvent de la cabane du télésiège, en me demandant s'il serait possible de continuer. Mais sans doute la configuration de l'endroit amplifiait-elle l'impression de force du vent, car une fois le déjeuner terminé, tout semblait aller bien mieux. Et heureusement, il n'a pas plu !

Il faut donc, après la cabane, monter sur la sorte de cône jaunâtre (terrain à cargneules), ce que j'ai fait en traversant vers la droite encore, afin d'atteindre une croupe herbeuse. En arrière et en-dessous, on aperçoit un joli pointement de gypse :


(spéciale dédicace à Jacques !)

En face de soi, on trouve la crête sommitale du Charvet, qu'il faut gravir en se dirigeant résolument vers son fil (au milieu sur l'image, donc) :



J'ai commis l'erreur de monter en passant en-dessous, ce qui m'a obligé à traverser des pierriers (grosses pierres calcaires biscornues, adhérant très bien sous la semelle, heureusement), lesquels dominaient une pente somme toutes assez peu rassurante. Le retour en suivant la crête, lui, a été bien plus facile !

La crête s'élargit très vite, et on se retrouve pour ainsi dire sur un plateau perché, le sommet étant tout au fond :



Sur la gauche, la face nord est un bel à-pic avec des cailloux en pagaille :


La même image figure en noir et blanc dans ma galerie

La vue est déjà intéressante (et le temps se gâtant, j'ai préféré en profiter, au cas où, ayant atteint le sommet, elle se serait brutalement bouchée) :


La Pointe de la Sana (on est tout près, en fait)


La Maurienne, et encore la Sana


Et tout près, Bellevarde, certes, pas sous son meilleur angle (mais en existe-t-il un ?)

Une vue du trajet, aller et retour (pour la crête), entre le col de Fresse et le sommet :


Les zig-zag correspondent à la remontée du "mur" sur la piste "col de Fresse".

Prochain épisode : le sommet et la vue que l'on a d'en-haut (oui, le temps est resté stable, quoique très maussade et inquiétant !).


Dernière édition par Moot le Ven 27 Aoû - 15:14, édité 2 fois
avatar
Moot

Nombre de messages : 333
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/06/2006

http://www.lescailloux.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rocher du Charvet

Message  Moot le Jeu 24 Juin - 21:00

Voici donc ce que l'on peut apercevoir au sommet. Première chose, un cairn, comme sur tout sommet qui se respecte. Celui-ci est muni d'un accessoire pour le moins insolite, à moins que la tournée du facteur se risque à cet endroit. Non, c'est une blague, on m'a soufflé la solution : c'est un lieu de "geocaching", là où l'on place des petits messages dans une sorte de "jeu de piste" géant. Nous avons vu, ce même été, une boîte similaire au col de la Galise.


Elle n'est pas jaune, de toute façon

La vue en arrière montre bien entendu le dos tout arrondi de ce sommet qui s'avère, en définitive, tout à fait débonnaire :



Toute personne s'étant déjà rendue à Val d'Isère se doutera que le Charvet surplombe la station. En fait, c'est de ce côté (est) que l'à-pic est le plus marqué, la face nord étant moins haute et moins abrupte.


Vue d'ensemble, à gauche, Val d'Isère City, à droite, le Manchet


La station de Val, une vraie vue aérienne !


Le Manchet, vue encore plus aérienne, avec le fond du vallon à droite, et son fameux parking

Pour tous ceux qui ont déjà porté leurs pas vers le col de la Rocheure, voici le chemin qu'ils ne prennent pas, à leur grand regret, celui du célébrissime "tour du mont Roup" :



On domine très bien le Saut du Pisset, un des points forts de la randonnée vers le col de la Rocheure



Le panorama sur les sommets est parmi ce qui se fait de mieux, même si ce jour-là, la lumière était loin d'être favorable.


Pointe de la Sana


Prariond, avec le massif du Grand Paradis en arrière-plan, dont le sommet principal est caché par la Pointe de la Galise


Iseran et Pisaillas, le lac de l'Ouilette devant


Une partie de la crête comportant, de gauche à droite Pointe de l'Arselle, Pélaou Blanc et Pointe des Fours, et l'Albaron en arrière-plan


Les sommets de Maurienne, dominés par la Pointe de Méan-Martin

Évoquons brièvement le retour : je suis donc redescendu en suivant plus fidèlement la crête et en évitant au maximum les pierriers. Ensuite, au lieu de reprendre le même chemin, j'ai commencé par prendre sur ma droite afin de dégringoler une alléchante pente en cailloutis de cargneules, assez évidente quand on observe l'arrivée du télésiège "Grand-Pré".
Pour changer, j'ai traversé la zone 4x4, ce que je ne conseille pas particulièrement vu l'ambiance "urbaine". Arrivé au col de Fresse, je n'ai pas repris mon chemin de l'aller, j'ai contourné la crête par sa droite en faisant du "hors piste", et j'ai récupéré le chemin un peu avant l'altisurface. Le Pas de Tovière est un endroit à voir, il est resté assez sauvage, et on ne s'imagine pas y être si proche du quartier du Lavachet !

Reste le profil de cette longue randonnée :

avatar
Moot

Nombre de messages : 333
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/06/2006

http://www.lescailloux.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum