[EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Ven 30 Juin - 13:56

Cet hypothétique projet est-il à tout jamais enterré? Il semble. Rappelons qu'il faudrait construire une ou deux remontées à travers le PNV, ce qui semble (heureusement) exclu. Première solution, un funiculaire souterrain hors de prix. Deuxième solution, 1 ou 2 TS via le col des Arses.
Avec aucune piste réellement tracée vers Bonneval.
Problèmes:
- c'est le PNV et de nombreuses espèces animales trouvent quiétude dans ce secteur.
- pertinence réelle d'une telle liaison.
- Fini la tranquillité de Bonneval, un des plus beaux villages de France me semble-t-il (car je ne connais pas) ;-)


Dernière édition par nrfb le Ven 10 Jan - 17:34, édité 3 fois
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  raph le Mar 1 Aoû - 1:43

Il suffit de descendre une fois la route de l'Iseran vers Bonneval pour souhaiter qu'un tel projet n'arrive jamais. La Haute Maurienne a vraiment gardé un côté sauvage, ce serait vraiment bien de le préserver. Et puis ça n'apporterait à mon avis pas grand chose à l'espace kily
avatar
raph

Nombre de messages : 460
Age : 36
Localisation : Au pays des Tinounous
Date d'inscription : 01/08/2006

http://www.minimummusic.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  triffolet le Mar 22 Aoû - 21:30

Imaginons un funiculaire souterrain : même si aucune piste sur Bonneval n'est tracée, il est clair que de nombreux skieurs descendront en hors-piste sur Bonneval sachant qu'ils peuvent remonter sur Val d'Isère ensuite...donc pas top pour la quiétude des différents animaux à cet endroit. En plus vu le prix que ça coûterait Val d'Isère n'en tirerait pas de bénéfices...mais bon j'aime bien ces projets farfelus qui voient rarement le jour!!! Wink
avatar
triffolet

Nombre de messages : 3296
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 05/08/2006

http://www.skipass.com/carnets/carnet.php?id=4637

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Jeu 26 Oct - 15:50

Val d’Isère - Réserve Naturelle de l’Iseran - Bonneval-sur-Arc : le grand marchandage :
« Vos réserves sont des réserves foncières » F. TERRASSON, 9 juin 1990, Verviers.

Avec 1650 habitants (5 fois plus qu’au lendemain de la deuxième Guerre Mondiale), Val d’Isère se présente comme un modèle de réussite des stations de sports d’hiver. Lancée dès 1934, avant de connaître le flot massif de l’urbanisation de la 3ème génération, la station avaline compte 28 000 lits pour un débit horaire de 65 000 skieurs, attirés par le mythique "Espace Killy" joignant sa voisine de Tignes. Située au bout de la Vallée de la Tarentaise, à 1800 mètres d’altitude, Val d’Isère occupe une situation de pied de col avant le Col de l’Iseran, un des plus hauts de France (2764 m). Celui-ci est fermé par la Direction Départementale de l’Equipement de début novembre à courant mai, où les 3-4 mètres de neige recouvrant la route sont dégagés. Il constitue en hiver un des sommets du domaine skiable de Val d’Isère. Du col, les touristes gagnent en été le dernier village de la Haute-Maurienne, consacré en 1975 "plus beau village de France" par le Conseil de l’Europe, Bonneval-sur-Arc (1790 mètres). 242 habitants dotés d’une solide réputation d’indépendance et de "résistance" au pouvoir central, une fréquentation estivale très élevée, mais la station ne compte que 10 remontées mécaniques (8300 skieurs/heure) occupant le versant ubac (opposé au Parc National) et 2000 lits touristiques. Bonneval, c’est aussi un investissement dans le ski reposant uniquement sur la commune et les habitants, une des rares de Savoie à n’avoir pas céder aux sirènes des promoteurs.

A la création du Parc National (1963), le versant ubac au Sud de Val d’Isère est déjà équipé par quelques remontées : ce sont les secteurs de la Tête de Solaise et de la Tête de l’Arollay. Il ne peut être intégré au Parc National en raison de ces équipements, mais les créateurs de la structure souhaitent interdire la chasse et ainsi favoriser les déplacements de la faune entre les différentes parties du parc. Du coup, la Réserve Naturelle de l’Iseran, enclave entre le P.N.V. et le domaine avalin est créée le 24 juillet 1963, traversé comme la zone centrale plus au Sud par la Route Départementale 902 conduisant au Col de l’Iseran.

Cependant, la station tarine va rapidement trouver son domaine skiable trop exigu ; dans les années 1980, le marché du ski n’est plus aussi porteur, la concurrence fait rage, et c’est le début de la course au gigantisme. Mais en accord avec la loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la nature, qui stipule que « tout travail modifiant l’état ou l’aspect d’une réserve naturelle doit être soumis à décision du Ministre de l’Environnement, après avis de la Commission des Sites et du Conseil national de la Protection de la Nature », les travaux ne peuvent être menés dans une réserve.

En 1982, un arrêté préfectoral autorise la construction d’un télécabine dans le Vallon de l’Iseran, sous la condition que les travaux doivent être menés en respectant le site et sans l’utilisation de moyens lourds ( !) : cela peut laisser perplexe pour la construction d’un télécabine ! Suite à une inspection des agents du P.N.V., un rapport est établi mentionnant le non respect des mesures environnementales. Les travaux sont alors interrompus sur ordre du Ministre de l’Environnement de l’époque, Michel CREPEAU, le 21 octobre 1982. En compensation des dégradations constatées, l’Etat exige une partie du versant adret, dit secteur de la Bailettaz, le seul de la commune - qui a concédé 60% de sa superficie au P.N.V. - à ne pas être sous mesure de protection. La municipalité donne son accord de principe, mais les élections de mars 1983 changent la majorité et laisse en sommeil le projet d’échange jusqu’en 1990.

Par contre, les travaux du télécabine se poursuivent, et il est rapidement mis en service…

Ce télécabine est au cœur de la problématique du hors-piste à Val d’Isère : si celui-ci est pratiqué dans d’autres secteurs (Vallon du Manchet notamment), le télécabine offre l’avantage de desservir le Col de l’Iseran et le secteur du Pisaillas : il s’agit en fait du versant Maurienne du Col, situé sur le territoire de la commune de Bonneval-sur-Arc.

Il comporte le Glacier du Grand Pisaillas, qui dans les années de vogue du ski d’été, a été autorisé d’équipement par la commune mauriennaise au profit de la S.T.V.I. (Société des Téléphériques de Val d’Isère), en échange de 5% des recettes engrangées sur ce secteur. Le télésiège de la Cascade permet d’y accéder depuis le Col. Quatre autres remontées sont implantées ici, en limite du "Pays Désert", englobé dans le P.N.V.. Ce versant de la Pointe du Montet n’a que peu d’intérêt pour la clientèle de la station tarine, plutôt aisée et de bon niveau de ski : les pistes vertes ou bleues sont courtes et faciles. L’intérêt est ailleurs : en 1983, sur les 1000 à 1200 personnes / heure débitées par les remontées, 80% revenaient par le Col Pers (chiffres fournis par la S.T.V.I. vraisemblablement gonflés…).

Situé à 3009 m., le Col permet la descente dans le Vallon du Prariond (800 m. de dénivelée), situé en zone centrale et particulièrement connu comme espace privilégié des grands ongulés (chamois et bouquetins). Mais pour rejoindre Val d’Isère, il faut alors franchir les Gorges du Malpasset (mauvais passage) au niveau desquels l’Isère incise un verrou glaciaire. Particulièrement avalancheux, le secteur est dangereux en début et fin d’hiver ou par faible enneigement car des "marmites" se forment, creusant la neige, rendant celle-ci instable.

C’est cette forte fréquentation (renforcée par le débit des remontées permettant d’y accéder) qui va justifier pour le service des pistes son intervention. Sans autorisation du P.N.V., il procède au comblement du secteur aval des Gorges concerné par les marmites, pénétrant en zone centrale avec des engins de damage. Il s’ensuit un conflit entre les agents du P.N.V. (qui dressent un procès verbal) et le service des pistes. Le Directeur de ce service sera l’objet d’une action en justice menée par les associations de protection de l’environnement, notamment la F.R.A.P.N.A., qui voient dans cet acte une violation de la réglementation sur les parcs nationaux.

C’est seulement en octobre 1983 que le Conseil d’Administration du Parc arrête sa décision, après avoir entendu les deux "parties". Celle-ci fait figure de compromis, mais aussi de désaveu pour le Conseil Scientifique, qui s’était prononcé contre le damage des pistes. De plus ce dernier posait la question de la responsabilité des skieurs hors-piste (plusieurs centaines par jour) dans la mort de plusieurs chamois durant l’hiver 1978-1979 ; ceux-ci fuient à l’approche des freeriders, ce qui leur occasionne une dépense énergétique considérable en raison de l’épaisseur de neige, pour des organismes déjà affaiblis par des ressources alimentaires insuffisantes.

Mais la demande présentée par le Maire de Val d’Isère de pouvoir pénétrer de 300 m en zone centrale du Parc est acceptée (21 voix pour, 5 contre et 4 abstentions). En contrepartie, il est demandé au Service des Pistes de ne plus faire de publicité pour l’itinéraire et d’informer les pratiquants des dangers encourus. La municipalité de Val d’Isère avait mis dans la balance le fait qu’en cas de refus, elle dégagerait sa responsabilité en cas d’accident, et dans les courriers adressés au Directeur du Parc pour justifier son action de l’hiver écoulé, le Directeur du Service des Pistes met en avant la fréquentation. Autant dire que mis devant le fait accompli, le C.A. du P.N.V. ne faisait qu’entériner un état de fait, sous peine d’être accusé d’être à l’origine d’accidents ou de menacer l’existence du "ski de liberté".

Aujourd’hui, le programme d’aménagement du P.N.V. (1997, p.46) indique clairement qu’en raison de l’"antériorité de la pratique", seuls le comblement des Gorges et le déclenchement d’avalanches dans deux autres secteurs (Tignes et Pralognan) sont autorisés. Et de préciser dans une forme de rigidification des règles : « Il est exclu de sécuriser quelques sites de ski hors-piste que ce soit dans le P.N.V. » ; « Toute sécurisation pour tirs de mines, gazex, catex ou tout autre équipement sont prohibés ».

Mais un autre itinéraire constitue un nœud gordien bien plus inextricable et qui va mettre le feu aux poudres : il s’agit pour les skieurs de franchir à pied depuis le sommet des remontées du Glacier du Grand Pisaillas la crête Pointe du Montet (3428 m.) / Ouille Noire (3357 m.), notamment au niveau du Col éponyme (3229 m.) pour rejoindre Bonneval-sur-Arc, soit une descente de 1400 mètres en neige poudreuse par divers itinéraires assez "faciles". Mais tous ces itinéraires traversent sur ce versant adret des secteurs d’hivernage de chamois (ils peuvent être jusqu’à 350 sur le versant) et de bouquetins (une vingtaine). Ainsi les dérangements existent, et le nombre de skieurs pratiquant ces itinéraires a été estimé à 1000 durant l’hiver 1997-98.

Durant l’été 1998, il a été question de prendre un arrêté interdisant ces descentes en hors-piste pour trouble à la faune sauvage. Mais dans un contexte très tendu renforcé par la liaison Bonneval/Val d'Isère (cf plus loin), la Ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement renonce mi-octobre à ce projet. A la place, un observatoire de la faune (placé sous la responsabilité du Préfet de Savoie) est mis en place et les agents du P.N.V. chargés d’évaluer les perturbations réelles enregistrées par la faune sauvage.

A l’issue d’une heure trente – deux heures de descente, les freeriders se retrouvent à Bonneval… Mais aucune remontée ne leur permet de regagner Val d’Isère, car les stations sont séparées par la zone centrale…

La seule possibilité est dans les airs, ce qui limite déjà la clientèle concernée par ce type de pérégrination : un transport héliporté revient à 2000 F pour 5 personnes comprenant un moniteur de ski (plus sa rémunération et le forfait…)

La gestion des flux d’hélicoptères a toujours fait l’objet d’une gestion embarrassée (pour ne pas dire maladroite) par les autorités.

1) Le survol de la zone centrale du Parc National est interdit à moins de 1000 m (pour ne pas perturber la faune) selon l’article 22 du décret de création. Le 22 juin 1973, le Conseil Scientifique refusera à l’unanimité une demande d’héliportage formulée par une commune, avant de demander leur réglementation en 1976.

Mais ce critère n’est jamais respecté : les bouquetins fuient à l’envol des hélicoptères, eux qui occupent les rochers de Tralenta (au-dessus de Bonneval) juste sous la zone centrale ; d’autre part, cette contrainte impliquerait un passage à plus de 3700 mètres, au-dessus du Col de l’Iseran et des équipements spéciaux (oxygène,…) dont ne disposent pas les hélicoptères…

2) La "dépose" sur un sommet est interdite par l’article 76 de la Loi Montagne (janvier 1985). Aussi ceux qui aiment les "pentes immaculées" des sommets se font-ils déposer juste de l’autre côté de la frontière, en Italie : c’est ce que l’on appelle l’héliski. Cela fait d’ailleurs partie du business de certaines stations frontalières comme Valfréjus ou La Rosière (Massifs du Miravidi, du Ruitor, de l’Aiguille des Glaciers).

3) Par contre la "reprise" est autorisée (sic). Ayant accédé par ses propres moyens au sommet d’un itinéraire, le skieur hors-piste est autorisé par la loi française à regagner son point de départ par hélicoptère. De 1995 à 1997, la Préfecture de Savoie donne l’autorisation d’une hélistation (statut d’altiport soumis à autorisation préfectorale) à Bonneval-sur-Arc, qui ne sera plus permise durant l’hiver 1997-1998. Durant cette période, c’est un terrain privé de Bessans (le village voisin) qui obtient l’autorisation d’hélisurface, nécessitant cependant le recours à un taxi !

A partir de 1998-1999, l’hélistation est de nouveau autorisée à Bonneval-sur-Arc (limitée à 5 reprises maximum par jour et par beau temps), mais avec l’observatoire précédemment présenté. Les skieurs doivent être accompagnés d’un professionnel, ce qui accroît encore l’élitisme de la pratique. Elle est licite si elle est occasionnelle (or elle se déroule plusieurs fois par jour) et si elle n’occasionne pas de nuisances sonores (ce qui est discutable).

Bonneval prélève d’ailleurs une taxe sur ces hélicoptères (trois sociétés sont autorisées à effectuer cette reprise), pour avoir un minimum de retombées économiques d’une pratique qui concerne essentiellement son territoire communal sans lui apporter grand chose, si ce n’est les nuisances sonores des pales dont se plaignent les habitants !

Durant l'hiver 1999-2000, les gardes ont constaté 4 phénomènes de déplacement des populations animales sous l'effet des skieurs, sur une dizaine de journées d'observation : on estime à 1000 le nombre de skieurs par saison, en moyenne par groupes de 3-4, soit 250 passages en 5 mois environ. De l'avis des gardes-moniteurs, seul le hors-piste constitue vraiment une menace pour la faune, les raquettes ou le ski de randonnée n'ayant pas les mêmes incidences : la lenteur de la progression limite les effets de surprise….

Le rapport de l’observatoire indique : "le faisceau d'indices recueillis à l'issue de ces deux hivers d'observations est suffisant pour affirmer qu'il ne faut pas étendre la pratique du ski sur ce secteur en augmentant le nombre de rotations [d’hélicoptères]" (p.6). cela signifie que les perturbations occasionnées par les surfeurs et les skieurs sur les hardes de chamois, voire de bouquetins, hivernant en face Sud sont lourdes.

Mis devant le fait de l’accessibilité d’un domaine hors-piste par l’équipement du versant jouxtant ce dernier, les autorités doivent gérer un imbroglio économico-juridique tout en tenant compte des différents groupes de pression. Mais ce type de pratique, qui se fait au détriment de la faune sauvage, notamment du chamois et du bouquetin, raison d’être du P .N.V., ne vont-elles pas à l’encontre de l’existence même de cet espace protégé ?

L’hélicoptère assure un débit relativement faible ; de plus, il limite la clientèle aux plus fortunés. Enfin, il ne permet pas de développer le domaine skiable de la station.
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Jeu 26 Oct - 15:50

C’est pourquoi depuis de nombreuses années Bonneval-sur-Arc demande une liaison avec sa voisine de Val d’Isère.

Pour bien comprendre le contexte, il faut se replacer plusieurs dizaines d’années en arrière :

tout d’abord le maire de Bonneval-sur-Arc, G. ANDRE, a joué un rôle déterminant dans la création du Parc. Vosgien d’origine, fils d’un industriel, il découvre par hasard Bonneval au cours d’une randonnée dans les Alpes : il ne le quittera plus. Aidant les habitants à faire les foins, il sera élu maire en 1956, réélu en continu jusqu’en 1995.

« Vous habitez sans le savoir un paradis sur terre […] et vous échappez aux camps de concentration des grandes villes […] N’abandonnez rien » déclare-t-il aux habitants.

Il sera un des instigateurs du Parc National avec son projet de Parc culturel lancé en 1955. Sa grande connivence avec les milieux politiques et intellectuels parisiens permettra d’accélérer le projet. Le 21 mai 1962, il soumet le projet à son conseil municipal qui accepte à l’unanimité le Parc National et ses limites à condition qu’il puisse être autorisé à un « rapprochement hivernal avec Val d’Isère » quand le besoin se fera sentir. Mais cette contrepartie était contraire au principe même de Parc National.

Bonneval vivait essentiellement des indemnités EDF liées aux captages et au barrage de l’Ecot. Mais en 1980, l’Etat décide du plafonnement des indemnités : un coup du sort difficile pour Bonneval qui s’était endetté pour la construction de sa propre station. Ne bénéficiant d’autre ressource, elle espère trouver son salut dans les sports d’hiver.

C’est en ce sens que pour la première fois Bonneval demande au Conseil d’Administration du P.N.V. la liaison avec Val d’Isère le 10 mai 1984. Se voyant opposé une fin de non recevoir, G. ANDRE et 7 de ses conseillers municipaux (sur 10 au total) démissionnent pour protester le 6 janvier 1985. Il sera réélu de 9 voix sur 130 en avril de la même année.

En 1993, l’idée de construire deux télésièges conduisant au Col des Arses (3074 m.) est relancée. Elles permettraient aux skieurs de regagner l’Iseran et Val d’Isère depuis ce col accessible depuis Bonneval à l’endroit où le Parc est le plus étroit. Michel BARNIER, Ministre de l’Environnement de l’époque, pose la question de l’intangibilité des limites des Parcs nationaux pour leur 30ème anniversaire. La campagne menée par France Nature Environnement contre « le démantèlement des Parcs Nationaux » rassemble 70 000 signatures en mai 1994. L’Etat s’oppose alors à nouveau à la liaison, provoquant la démission de G. ANDRE qui quitte la scène politique en 1995. Un nouveau projet émerge alors en mars 1996 : celui d’un funiculaire de 3 km traversant la zone centrale pour éviter les perturbations visuelles et sur la faune, relayé par un télésiège. Se pose le problème du coût (200 millions de F) pour une commune exsangue et de la rentabilisation d’une telle infrastructure…

Suite à de longs alternoiements, la Direction de la Nature et des Paysages répond le 2 mars 1998 qu’il n’est pas possible de toucher au sous-sol du parc, partie intégrante du Parc National, comme le souligne l’article L241-1 du 1er Chapitre de la Loi de 1960. A ce jour, la liaison n’est toujours pas faite…

Les opposants refusent de plus l’idée d’un parc "saucissonné" (coupure constituée par des infrastructures en des espaces occupés par la faune sauvage) et celle de limites "élastiques". En effet la remise en cause d’une limite d’un Parc National nécessite une procédure de remise en cause de toutes, porte ouverte à de multiples revendications. De même, l’autorisation de travaux en zone centrale créerait un dangereux antécédent aux dires des opposants.

En parallèle, la station de Val d’Isère réclamait la rénovation de son parc de remontées mécaniques vieillissants (il n’avait pas été changé depuis son installation, il y a plus de 30 ans) du secteur du Pisaillas. Avec la loi de 1976 déjà évoquée, toute modification était impossible. Dès lors, l’absurdité de la situation était dénoncé par les deux camps : la S.T.V.I. soulignait son impossibilité de rénover son parc et de le mettre au norme, ce qui conduisait à un abandon d’exploitation ; les écologistes dénonçaient eux une réserve naturelle équipée et abondamment fréquentée en hiver.

La suite n’est qu’une succession de bras de fer et de lutte d’influence entre les deux parties pour défendre leur intérêt…

En mars 1996, la station avaline demande l’autorisation de travaux pour le remplacement du télésiège de la Cascade, qui donne accès à tout le domaine du Pisaillas. La S.T.V.I. souhaite investir 330 millions de francs jusqu’à 2005 dans ce programme U.T.N. (Unité Touristique Nouvelle) qui verrait 170 millions de francs dépensés pour la rénovation des pistes de ski et des remontées mécaniques, le reste étant consacré au financement de la liaison Bonneval/Val d’Isère. Et les deux communes mettent dans la balance contre l’autorisation de construction du funiculaire souterrain le "don" du secteur de la Bailettaz…

En mai 1999, la D.D.E. de la Savoie interdit l’exploitation du télésiège de la Cascade : Val d’Isère perd une saison de ski d’été, mais il est vrai que le recul drastique du Glacier du Grand Pisaillas avait limité le nombre d’amateurs…

Le 16 juillet 1999, la Ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement donne son feu vert au préfet de la Savoie pour la procédure de classement/déclassement, après 17 années d’opposition face à la commune de Val d’Isère. Après une enquête publique menée par un commissaire enquêteur du 9 au 17 août dans les deux communes concernées, la Réserve de la Bailettaz envisagée dès cette époque devenait inévitable. Quelques jours plus tard naissait l’Association des Montagnards de la Vanoise, dénonçant cet échange et ce « marché de dupes » et s’opposant de manière plus globale aux mesures de protection et à la politique du Ministère de l’Environnement et du P.N.V.

Le déclassement de la Réserve de l’Iseran constitue pour tout le monde un pis-aller, puisqu’il ne satisfait véritablement personne.

La station tarine va certes pouvoir rénover son parc de remontées et aménager son domaine skiable, mais l’Iseran sera en plusieurs sites sous arrêté de biotope (Crête des Leissières et Col) et reste interdite à la chasse. De plus, elle pourra équiper le secteur en installations de neige de culture, pratique rigoureusement proscrite jusque là. Les Avallains sont mécontents puisque le règlement de la Réserve de la Bailettaz stipule qu’aucun travail ne peut être entrepris, or celle-ci compte de nombreux paravalanches protégeant le hameau du Fornet. De plus, 60 % du territoire étant déjà classé en zone centrale, c’est en accordé encore plus à l’Etat qui interdit la pénétration des chiens dans la réserve et évidemment la chasse.

L’échange contre le versant de la Bailettaz, trois fois moins étendu satisfait les naturalistes pour la continuité Grande Sassière/P.N.V./Grand Paradis ainsi obtenue pour la faune sauvage, mais pas pour la flore, se considérant léser. De plus, les associations de protection de l’environnement redoutent l’aménagement du secteur non équipé de l’ancienne réserve de l’Iseran, dit secteur du Grand Vallon, à l’Est de celle-ci, équipement qui renforcerait les pénétrations en zone centrale de skieurs hors-piste. La demande de l’association écologiste « Vivre en Tarentaise » de supprimer tous les équipements du Pisaillas, est, quant à elle, sans surprise, restée lettre morte…

L’aménagement du Col de l’Iseran, auquel la D902 donne accès après avoir traversé la zone centrale et l’ex-Réserve Naturelle, était aussi au cœur des négociations : il s’agit d’un des sites de Vanoise les plus fréquentés… en voiture ! Le parking sauvage sur le Col, le piétinement d’une flore fragile à plus de 2700 m. d’altitude impliquait un aménagement global du site : ce dernier consistait en un contingentement des flux, en un aménagement de parking et en la construction d’une maison de Bonneval et de Val d’Isère faisant découvrir les deux villages. Mais les Mauriennais ont mis dans la balance le projet de liaison souterraine interstation ; le refus du Ministère de l’Environnement les a conduits à se retirer de l’aménagement, qui ne se fera pas.

Quoiqu’il en soit, le 6 décembre 2000 paraissait le décret de déclassement (une première en France) de l’Iseran et le classement de la Bailettaz (495 ha).

Il y a donc bien un phénomène de banalisation de l’espace basé sur l’interchangeabilité. Mais il y a surtout un système de satisfaction des lobbyings par attribution réciproque d’espaces destinés à calmer leurs affrontements.

(c) http://edel.univ-poitiers.fr/partesp/document.php?id=64#tocto14
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  Skicrosseur10 le Jeu 26 Oct - 19:27

Il faudra qu'on m'explique la logique à interdire l'héliski mais pas la reprise. Les nuisances restent les mêmes.

nrfb a écrit:
en 1983, sur les 1000 à 1200 personnes / heure débitées par les remontées, 80% revenaient par le Col Pers (chiffres fournis par la S.T.V.I. vraisemblablement gonflés…).
Plus que gonflés à mon avis...

Ca fait quelques années que les gorges n'ont plus été pratiquables, mais j'ai jamais entendu parler de 'sécurisation' de ce secteur..
avatar
Skicrosseur10

Nombre de messages : 2640
Age : 36
Localisation : Hyères (83)
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  triffolet le Jeu 2 Nov - 16:44

Skicrosseur10 a écrit:Il faudra qu'on m'explique la logique à interdire l'héliski mais pas la reprise. Les nuisances restent les mêmes.

Tout à fait juste! Quelle hypocrisie tout de même!!!
Sinon, très intéressant ton article nrfb! Very Happy
avatar
triffolet

Nombre de messages : 3296
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 05/08/2006

http://www.skipass.com/carnets/carnet.php?id=4637

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Ven 7 Nov - 19:24

On la croyait abandonnée... La voilà relancée!!!

Non, ce n'est pas une blague, lisez cet article de Radio-Val!
http://www.radiovaldisere.com/article.php?id=775
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  Supershape le Sam 8 Nov - 0:41

Alors la je ne m'attendais pas à une reprise de ce dossier.
On a je pense le temps de le voir se concretiser dans tout les cas ça nous donne du grain à moudre sur le forum. Very Happy
Pour la descente à ski sur Bonneval je suppose qu'il s'agirait d'un itinéraire balisé non damé.
avatar
Supershape

Nombre de messages : 602
Age : 32
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/06/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Sam 8 Nov - 20:50

Peut-être balisé non damé, mais si je peux donner mon sentiment:
- Je défends le PNV et je suis le premier à estimer que ce tronçonnage potentiel ne doit pas se faire... Mais il ne faut pas se leurrer, si cette jonction se fait, je serai le premier à faire la traversée rien que pour le plaisir de descendre sur Bonneval. D'autant plus qu'avec la profusion de TSD sur le domaine, même avec la longueur depuis Tignes, ça ne posera aucun problème pour se rendre sur Bonneval... même pour des skieurs peu confirmés! Je suis certain qu'il y aurait foule pour se diriger sur le village.
- Si cette liaison se fait, le PNV sera isolé du Parc du Grand Paradis. Or cette continuité semble nécessaire. C'est un camouflet pour moi cet échange avec les Évettes! C'est sûr, cette zone n'intéresse personne! Alors un échange, c'est facile (comme pour la Baillettaz) avec Val.
- De plus, d'autres stations risqueraient d'installer des remontées sur le PNV si un précédent a déjà eu lieu.
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  Obsédédeski le Sam 8 Nov - 21:31

Ce genre de délire est complètement anachronique, comme le salon du 4x4.

Il y a de moins en moins de neige dans les stations, de moins en moins de gens ayant les moyens de skier et ça se prétend station haute qualité environnementale, ISO machin truc, etc., tout en voulant attaquer un parc national.

A l'époque actuelle, je vois mal un groupe financier se lancer dans un projet aussi énorme et hasardeux. Avec une redescente sur Bonneval en face sud donc peu propice au ski (avalanches, enneigement, qualité de neige).

Nous ne sommes plus dans les années 60 où il y avait de la neige, de l'argent et où on se souciait peu d'environnement.
avatar
Obsédédeski

Nombre de messages : 2602
Age : 69
Localisation : Massif de la Chartreuse ou Val d'Isère
Date d'inscription : 10/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  tricsli le Sam 8 Nov - 21:57

Je suis très étonnée de voir ce sujet réabordé.
J'ai toujours entendu dire que Bonneval, très attachée à son identité, ne souhaitait pas ce rapprochement.
Ce revirement, alors qu'à ma connaissance les élus locaux n'ont pas beaucoup bougé me surprend.
(Sans parler bien entendu du pb du parc ....)

Restons donc prudents, (peut-être seulement un effet d'annonce) et attendons de voir de nouvelles déclarations.
avatar
tricsli

Nombre de messages : 2545
Age : 57
Localisation : Paris + Tignes
Date d'inscription : 24/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Dim 9 Nov - 9:08

En tout cas, cette décision est en accord avec le programme électoral de M. Bauer.

Je cite "Agrandir le domaine skiable".

Je ne pensais pas à cette décision toutefois.
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  Obsédédeski le Dim 9 Nov - 9:50

On peut toujours faire des promesses intenables dans une campagne Evil or Very Mad

Vous souvenez-vous du projet de tunnel sous la Galise ?
avatar
Obsédédeski

Nombre de messages : 2602
Age : 69
Localisation : Massif de la Chartreuse ou Val d'Isère
Date d'inscription : 10/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Dim 9 Nov - 9:58

Tiens non, ce projet date de quand? C'était pour aller en Italie?
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  Obsédédeski le Dim 9 Nov - 10:07

Un vieux projet de tunnel sous la Galise pour aller en Italie effectivement. Ca doit dater de la fin des années 60 je crois. Il a régulièrement été relancé pour être finalement abandonné.

Schenebelen avait pour projet de créer une station au Prariond avec tunnel pour y faire venir les italiens. On se souvient aussi qu'il voulait grignoter une autre partie du Parc à Chavière pour y créer une station jumelée avec Val Thorens.
avatar
Obsédédeski

Nombre de messages : 2602
Age : 69
Localisation : Massif de la Chartreuse ou Val d'Isère
Date d'inscription : 10/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Sujet à polémique : liaison Val-Bonneval

Message  Marmotta le Dim 9 Nov - 17:16

Je ne connaissais pas du tout tous ces projets, j'ai lu tous les posts précédents et je vous livre mes impressions. Tout d'abord cela me semble (et d'ailleurs ça l'est) d'une autre époque ,il ya un sujet là dessus sur Skipass toutes les stations qui n'ont jamais vu le jour il faudrait que je le retrouve l'imagination des aménageurs et promotteurs était sans borne!!! Si je me souviens bien il y avait des projets aussi dans le vallon du Clou et sur Tovière au dessus du lac du Chevril, heureusement des tas de projets ont été abandonnés par difficultés de réalisation, manque de fonds...
Est-il vraiment nécessaire d'agrandir le domaine skiable qui est déjà vaste ? Meme si comme le dit Oversize il s'agirait sans doute d'un itinéraire de montagne juste balisé donc réservé à une minorité des skieurs de l'EK. Un investissement démesuré par rapport au nombre de skieurs qui emprunteraient cette hypothétique remontée 5 mois sur 12. Ca existe ailleurs à La Grave par exemple mais le contexte est totalement différent (exposition en ubac, pas vraiment une liaison, télécabine utilisée toute l'année).
Annoncer une extension du domaine skiable est facile il suffit de créer une nouvelle piste le long d'une remontée existante et le tour est joué donc la promesse électorale n'engage pas forcément à de grands amménagements et fait de l'effet quand meme! Pour ce qui est du parc je trouve abberant de le tronçonner,quant aux "échanges de zones" ça a un cote marchand de tapis indécent quand on parle d'environnement.
Il est certain qu'avec le réchauffement climatique les stations de haute altitude prennent de la plus-value et la haute Maurienne est connue pour son enneigement, cependant comme Tricsli je ne pense pas que Bonneval ait vocation à devenir une grosse station.
Souhaitons que ce projet soit aussi vite enterré de nouveau qu'il a été exhumé!!!
avatar
Marmotta

Nombre de messages : 2753
Age : 57
Localisation : Italie (Piacenza)
Date d'inscription : 18/09/2008

http://la-tana-de-marmotta.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  David 74 le Dim 9 Nov - 18:00

Je ne partage pas totalement vos avis (en tant que futur aménageur), je suis entièrement contre une liaison avec Bonneval car ça perdrait tout son sens, et la station une partie de son patrimoine et de son charme.
Je suis aussi contre l'implantation de ces RM dans leur ensemble sur cette partie du PNV car l'intérêt y est faible . Néanmoins, je vois dans la politique actuelle des prochains investissements (sur un bon nombre de sites alpins, pas seulement l'EK), une volonté et une opportunité pour les stations de favoriser le ski "propre" sur leur domaine à des étages élevé (2000/2500 - 2500/3000) .
Quand on voit les erreurs qui ont été faites ces dernières décennies dans l'aménagement des domaines skiables, il n'est pas étonnant que de nouveaux projets d'agrandissement voient le jour.
Je trouve ça bien dommage que l'Espace Killy en face partie et je peux vous citer des secteurs qui ont été mal interprétés et dont le résultat , cumulé à celui du remodelage extensif des pistes a donné un résultat moyen .
Le secteur du haut de Solaise /Cirque de Leissèeres: 2TSD6 + 1TSF4 et celui des Leissieres auraient suffi (TSD6 Datcha qui englobe Madeleine et Datcha pour le reste on laisse tel quel).
Le secteur Iseran. Quand je regarde le PDP, et que je vois que le nouveau TSD4 ne dessert qu'une bleue, 1 TK qui dessert une rouge et une variante qui revient sur 2 TK, je me demande si il n'y avait pas d'autres solution pour enfin réellement donner du dynamisme à cette partie du domaine se substituant au glacier. Je persiste à dire qu'une seule Remontée partant du Chalet Mollard et arrivant au petit Signal aurait été plus intéressante et aurait développé ce secteur sans forcément tout dénaturer.
Donc voila ma position sur ce sujet et désolé du HS mais aujourd'hui. Je me demande encore quelle est la logique de ce projet et si finalement en ajustant un peu certaines parties du domaine pour les rendre plus fluides , le désir d'étendre ne servirait a rien.

David 74

Nombre de messages : 384
Age : 30
Localisation : sud de la France
Date d'inscription : 21/06/2006

http://www.amenagement-montagne.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Jeu 27 Nov - 19:31

Serge Paquin réagit sur son blog sur ce projet (en quatre points):
http://valdifferenceblog.blogspot.com/2008/11/bonneval-sur-arc.html
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  tricsli le Jeu 4 Juin - 13:17

Sujet toujours d'actualités :

extrait site radio val (copyright radio val):
Les élus de Val d’Isère étaient convoqués mercredi soir pour la session de juin du Conseil Municipal. Cela a donné 2 heures trente de d’entretiens et de décisions toutes votées à l’unanimité. Pour commencer, Le tirage au sort a nommé Maud Page, Franck Krasensky, Michelle Petit, Marie Taillefer, Bernadette Schwab, Abdewahad Djaballah comme jurés d’assises. Le conseil a aussi voté les comptes administratifs 2008. Les recettes totales des comptes 2008 s’élèvent pour l’ensemble des 6 budgets principaux de la ville à 62 423 090 Euros. Les dépenses s’élèvent à 56 129 815. Compte tenu des reports des déficits des résultats antérieurs et des recettes restant à courir, cela porte l’excédant à 1 525 215 Euros qui seront reportés sur le budget 2009. En accordant une subvention de 87 Euros par enfant au transport scolaire depuis Bourg St Maurice du mercredi, le conseil a émis l’idée de plafonner pour les prochaines années cette aide aux parents. Cela concerne 70 élèves environ. La commune a signé un accord avec la STVI à propos de la vente des forfaits intégrant une côte part pour un accès gratuit, qualifié « d’accès découverte » à la piscine du nouveau centre nautique. Cela concerne les possesseurs des forfaits de 2 à 15 jours. Le conseil souhaite affiner cette décision notamment en donnant un avantage d’accès supplémentaire aux détenteurs des forfaits de 15 jours par rapport à ceux de 2 jours. Le maire a précisé que cette décision permettrait d’apporter une aide financière estimée entre 450000 et 600000 Euros qui seraient allouée au fonctionnement de ce Centre dont le montant total supposé serait d’un peu plus d’un million d’Euros par an. C’est au cours de ces discussions que le Conseil apprenait que la recette de la nouvelle patinoire avait été cet hiver de 15000 Euros. Le conseil validait la convention qu’elle va signer avec l’association Vivre Livre, promotionnant la littérature à Val d’Isère avec la venue de nombreux écrivains. Le montant de cette subvention est de 20000 euros par an. Le maire précisait que cette convention, légalement obligatoire, permet d’établir le cadre des droits et devoirs de chacun. A propos de l’établissement des tarifs des loyers des appartements sociaux de 20 et 40 m² des « Jardins de la Balme », le conseil a décidé de reporter cette décision pour étudier une baisse des loyers, notamment ceux de 40 m². Report de cette décision au prochain conseil. Les élus ont entériné la création d’un nouveau poste d’administrateur à la Saem Sogevaldi, gérant les équipements sportifs et le Centre des Congrès. L’association des loueurs particuliers de Val est le nouvel invité de ce conseil d’administration. En question diverse, le maire devait résumer sa réunion de mardi soir avec les représentants du Président de la République à l’Elysée. Le maire, Marc Bauer, accompagné par son premier adjoint, Gérard Mattis avec Yves Sarrand (directeur du service environnement et de l’aménagement du Conseil général), de Rémi Thuau (préfet de Savoie) et de Philippe Piot (liquidateur de l’association 2009) ont été reçus mardi 2 juin dans les bureaux de l’Elysée par 2 conseillers spéciaux et techniques du Président de la République dont Mme Sophie Dion qui avait été pendant les Championnats du Monde de Ski l’interlocutrice représentant le chef de l’état. Après avoir effectué un compte rendu de ces Championnats jugés positifs, la commune de Val d’Isère a voulu signifier qu’elle ne souhaitait pas être pénalisée par un endettement qui a certes contribué au succès de cet évènement au retentissement national mais qui nuirait à ses projets de développement. Le maire rappelait à ce propos les mots tenus par le président de la République lors de sa venue à Val d’Isère précisant qu’il n’abandonnerait pas Val d’Isère au moment des comptes. Il a été question tout d’abord de demander un effacement des factures émanant des services de l’état comme celles liées à la sécurité pendant les Mondiaux. Mais l’angle était plutôt de signifier à l’état que Val d’Isère avait besoin d’une aide afin de précipiter les démarches administratives plutôt que de subventions. Les discussions ont donc porté sur plusieurs propositions : le projet d’un casino, le grand projet de front de neige et de circulation à la Daille, l’extension du domaine skiable vers Bonneval sur Arc, les démarches pour la construction d’un bâtiment d’habitations sociales en accession à la propriété à côté du village médical, le transport propre en commun dans la station et l’organisation d’un grenelle de la neige à Val. Une nouvelle réunion est prévue sur place à Val d’Isère dans la première quinzaine de juillet.
avatar
tricsli

Nombre de messages : 2545
Age : 57
Localisation : Paris + Tignes
Date d'inscription : 24/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Jeu 25 Juin - 16:14

Petite idée du profil de la descente du col côté Bonneval. Le col est tout derrière dans le fond. On reconnaît notamment le Pays désert. Bonneval est en avant plan.
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  Obsédédeski le Jeu 25 Juin - 20:12

Et cette descente est orientée sud-est, l'idéal pour le ski !

Il faudrait expliquer aux partisans de cette idée que nous avons changé de siècle.
avatar
Obsédédeski

Nombre de messages : 2602
Age : 69
Localisation : Massif de la Chartreuse ou Val d'Isère
Date d'inscription : 10/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  M73 le Ven 26 Juin - 14:49

Obsédédeski a écrit:Et cette descente est orientée sud-est, l'idéal pour le ski !

Il faudrait expliquer aux partisans de cette idée que nous avons changé de siècle.

Tout à fait
mais il faudrait expliquer aussi que le projet a changé de siècle aussi...

Cette liaison est tant demandée par la commune de Bonneval, qui a vu, cet hiver une baisse importante de sa fréquentation. Les italiens s'arrêtent désormais à Val Cenis Vanoise, beaucoup plus grand depuis la liaison dex deux domaines et le domaine de Bonneval est en train de mourrir à petit feu.
Je releverai une phrase grosso-modo de l'équipe municipale, preferons nous sauver des bouquetins, chamois et quelques fleurs qu'une activité locale et une population? Preferons nous tuer une vallée enclavée et sans developpement?
On doit se poser les bonnes questions de toutes facons

Le projet est complètement différent, il a évolué. et je ne vois pas en quoi, où une route traverse deja le parc (avec une circulation), deux remontées mécaniques pourraient empécher la promenade d'un chamois, d'un bouquetin ou en quoi ca generait pour des fleurs????
Combien de chamois, de bouquetins adorent se promener sur l'espace killy, on en voit bien plus qu'il y a 10 ans, ils sont la, on les deranges presque plus franchement....
Aujourd'hui, je pense que l'on est capable de travailler dans l'interet du parc, des communes et d'une activité économique raisonnable...

Enfin, on parle actuellement de deux appareils, dont le premier serait en aller retour, donc pas de descente en sud-est !

M73

Nombre de messages : 20
Age : 31
Localisation : Haute Tarentaise
Date d'inscription : 12/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  nrfb le Ven 26 Juin - 15:10

Merci pour ces précisions M73.
Le projet de deux appareils passerait-il toujours pas le col des Arses comme prévu initialement?
avatar
nrfb
Admin

Nombre de messages : 11239
Age : 41
Localisation : Fresnes (94)
Date d'inscription : 21/06/2006

http://lewebpedagogique.com/bouchaud

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  M73 le Ven 26 Juin - 19:38

Plus par le col des Arses mais par le vallon de la Lenta...
il faudrait que je fasse un schéma, ca serait plus pratique Smile

M73

Nombre de messages : 20
Age : 31
Localisation : Haute Tarentaise
Date d'inscription : 12/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EK] Sujet à polémique: la liaison Val-Bonneval

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum